Le programme « les Jeunes Ont la Parole (JOP) » est soutenu par la Fondation ENGIE pour la 2ème année consécutive afin de donner la possibilité à des jeunes éloignés de la culture de découvrir un lieu unique et emblématique. A l’occasion de ces 3 dates automnales, ce sont plus de 170 jeunes d’associations soutenues également par la Fondation ENGIE (Le Choix de l’Ecole, Impulsion 75, Institut de l’Engagement, La Voix De l’Enfant avec l’association Korhom, NOC, Caméléon) qui ont pu participer aux nocturnes.

(Re)découvrir les collections du Musée

A l’occasion de cette nouvelle session « les Jeunes Ont la Parole », plus de 400 étudiants issus d’une vingtaine d’établissements partenaires (universités, associations) ont investi les salles du musée du Louvre les vendredis 30 novembre, 7 et 14 décembre 2018 en nocturne et ont créé la surprise en proposant aux visiteurs des médiations gratuites, courtes et participatives devant les œuvres qu’ils ont choisies. Interprétations musicales et théâtrales, jeux et maquettes créatives, propositions audio et vidéo, expériences tactiles… Leurs approches inventives et pleines d’un enthousiasme communicatif ont permis aux visiteurs de découvrir ou redécouvrir les collections du Musée de manière surprenante et décalée.

Parmi les centaines d’interventions qui ont été présentées aux visiteurs, on peut notamment citer :

  • Le Tribunal de l’art: des étudiants de l’association « La Prisée » (licence Droit/Histoire de l’art de Paris I Panthéon-Sorbonne) ont fait le « procès » des œuvres ou bien des personnages représentés. Justice a été rendue pour : Le Jugement de Salomon de Valentin de Boulogne, le Voltaire nu de Pigalle.
  • Et les femmes dans tout ça ? Les élèves de l’UFR Arts et Sciences de l’art de Paris 1-Sorbonne ont porté un regard sur le sort réservé aux figures féminines dans l’histoire de l’art, et comment ces images entrent en résonance avec l’actualité la plus récente : Suzanne et les vieillards de Véronèse, L’Enlèvement des Sabines de Poussin, Roger délivrant Angélique d’Ingres ou encore la Mort de Sardanapale de Delacroix, et bien d’autres.

Quelques chiffres-clés :

440 étudiants venant de tous horizons

– Près de 20 établissements (universités, associations) partenaires

– Chaque nocturne attire entre 2 500 et 3 000 visiteurs

– Plus de 200 œuvres ou espaces commentés