Le conseil d’administration

La gouvernance de la Fondation ENGIE s’articule autour de deux entités principales. Le conseil d’administration, en charge de la stratégie, est composé du président Jean-Pierre Clamadieu, d’administrateurs externes, de membres représentants du fondateur ENGIE, de représentants des salariés et de personnalités qualifiées qui interviennent dans un rôle d’expert. Deuxième organe de gourvernance, les comités de sélection en France et en Belgique sont eux chargés de sélectionner les projets soutenus par la Fondation ENGIE dans le monde entier.

Jean-Pierre Clamadieu
Président du conseil d’administration

Administrateurs externes

Télécharger la composition complète du conseil d'administration

Les comités de sélection

Comité de sélection France / international

Le Comité de sélection français se réunit deux fois par an.
Il examine et valide les projets de mécénat financier pour un montant inférieur à 150 000 euros, assure l’évaluation et le suivi des projets de la Fondation ENGIE.

Présidé par Claire Waysand, Directrice Générale Adjointe d’ENGIE, il est composé d’experts du Groupe et de personnalités qualifiées qui apportent leur expertise et donnent de la richesse aux débats du comité.

Personnalités externes 

  • Sarah Corne – Founders Futurs
  • Laurence Fischer – Ambassadrice des sports
  • Stéfania Parigi – Directrice ADOMA
  • Mathilde Schneider – AFD Directrice  Communication et sensibilisation citoyenne
  • Christophe Sanchez – Break Poverty

Internes

  • Katia Damman – BU Afrique mescat
  • Laurent Galiot – BU BtoC
  • Un Directeur Régional

Comité de sélection Belgique

Présidé par Philippe Van Troeye, Directeur Général de la BU ENGIE Benelux, le Comité de sélection Belgique réunit des experts du Groupe ENGIE, mais aussi des personnalités extérieures comme :

Personnalités externes 

  • Eric Van Cutsem – Oncologue et Professeur à la KUL, Président de la Fondation contre le cancer
  • Hilde Boeykens – Directrice Générale SOS Villages d’Enfants
  • Etienne Davignon
  • Dominique Monami – Championne de tennis, médaillée Olympique et coach
  • Francis Van de Woestyne – Journaliste et éditorialiste La Libre
  • Marianne Wagner – Consultante en philanthropie

Internes

  • Florence Coppenolle – Directrice de la Communication BU BENELUX
  • Anne-Bérengère Sudraud – BU Nuke
  • Mireille Tshibwabwa – BU GEM
  • Philippe Peyrat – Délégué Général de la Fondation

Impact, le maître mot

« Nous ne sommes pas distributeurs de billets, nous voulons des résultats concrets et mesurables. Chaque convention intègre l’obligation de remettre un dossier d’évaluation une fois par an, pour vérifier si les résultats obtenus sont conformes aux objectifs fixés. Si une association s’est engagée à intégrer 40 enfants en situation de précarité, elle devra prouver qu’elle l’a bien fait, sur des critères très précis (réussite à un examen, insertion sur le marché du travail…).

Si nous constatons un trop fort gap entre les résultats et les objectifs, sans explications claires, il peut nous arriver de mettre fin à la convention en cours de programme. Cela fait partie de notre obligation et de notre philosophie de transparence… et aussi des comptes que nous devons rendre à nos collaborateurs.

Je tiens à aller sur le terrain et à rencontrer les équipes lors des étapes d’évaluation. Pas seulement les dirigeants mais aussi les opérationnels qui me font part de leurs difficultés. J’ai une grille de questions. Je fais systématiquement un rapport détaillé. Ces moments sur le terrain, aux côtés des bénéficiaires, sont magiques : c’est vraiment là que l’impact de nos actions est perceptible… Et cela s’exprime bien au-delà des chiffres ! »

Jacques Spelkens – Directeur RSE BU Belgique et membre du Comité de sélection Belgique

Comment évaluer l'impact des actions ?