Sans état civil, les enfants n’ont pas accès à l’école. Et sans électricité, ils ne peuvent pas étudier. Forte de ce constat, la Fondation ENGIE a créé « Schools, Lights and Rights », avec le soutien de son partenaire historique La Voix De l’Enfant. Ce programme phare s’inscrit au cœur des engagements de la Fondation. Signé en 2015 et reconduit en 2019, il est aujourd’hui déployé dans onze pays.

SCHOOLS : quand la lumière arrive à l’école

Le volet « Schools » du programme a permis d’électrifier six écoles ou centres d’accueil dans des villages ruraux en Afrique, en Asie ou à Madagascar. Les panneaux solaires installés par les bénévoles d’Energy Assistance France, ONG interne du Groupe ENGIE, sur les toits des écoles apportent non seulement la lumière, mais ils permettent aussi d’innover et d’enrichir les parcours pédagogiques : des salles digitales équipées d’ordinateurs ont ainsi été créées en Afghanistan, en partenariat avec l’association Afghanistan Libre, pour former les filles au code et aux métiers du numérique.

– 6 écoles électrifiées
– Plus de 3 000 bénéficiaires
5 salles digitales créées en Afghanistan, bénéficiant à 630 jeunes filles formées aux métiers du numérique

LIGHTS : pour étudier à la tombée du soir

Grâce au volet « Lights », près de trente-cinq mille lampes solaires de poche ont été distribuées à des écolier.ères et lycéen.nes, notamment dans les villages ruraux non reliés au réseau électrique. Les lampes chargées à l’énergie solaire ont une autonomie de plus de trente heures et permettent aux enfants de rentrer de l’école à la tombée de la nuit et de faire leurs devoirs le soir à la maison.

L’utilisation des lampes permet par ailleurs de sensibiliser les communautés et familles aux bienfaits des énergies renouvelables.

34 700 lampes solaires distribuées
30 heures d’autonomie, avec un témoin de charge lumineuse et un mode Flash SOS

RIGHTS : rendre leurs droits aux enfants fantômes

Dans le monde, un être humain sur sept n’a pas d’état civil. En Afrique, selon l’UNICEF, près de 50% de la population n’est pas enregistrée à l’état civil. Pour les « enfants fantômes » dépourvus d’identité, la sanction est sans appel : ils n’ont simplement pas accès à l’école ni à la santé et, plus tard à l’emploi.

C’est pourquoi le volet « Rights » est prioritaire.
Sur le terrain, les associations partenaires de La Voix
De l’Enfant, se mobilisent pour redonner une identité aux enfants fantômes et convaincre les parents d’inscrire leurs enfants à l’école. L’action la plus spectaculaire a été menée en RDC (République démocratique du Congo), mais de nombreux enfants ont reçu le précieux sésame dans les autres pays où le programme est implanté, notamment en Afrique du Sud, à Madagascar et en Afghanistan.

1 million d’états civils distribués en RDC
3 000 « Tazkira » (pièces d’identité) distribués à des jeunes filles afghanes
2 000 jeunes sud-africains ont reçu leurs papiers dans la province du Gauten

En synergie avec les partenaires de la Fondation ENGIE

Trois associations d’ores et déjà partenaires
de la Fondation ENGIE sont mobilisées pour déployer le programme Schools, Lights and Rights sur le terrain : Afghanistan Libre, Valued Citizens Initiative (Afrique du Sud), Sourires d’Enfants (Laos).

 
EN SAVOIR PLUS :

Programme Schools, Lights & Rights… Coup de projecteur sur le volet Lampes solaires portables !